Cristóbal Bouey, Le sillage de la maison des esprits

NAIMA UNLIMITED accédez à tous les livres numériques et vidéos sans limites.
Déjà abonné ? Connectez-vous. Pas encore abonné ? Abonnez-vous, 5,99 € par mois, sans engagement, résiliez en ligne quand vous voulez.

Le sillage de la Maison des esprits (2018, 4 min 33) de Cristóbal Bouey témoigne du parcours dans Phnom Penh de La Maison des esprits, une installation-performance qui entremêle des images d’archives de la période khmère rouge et des entretiens menés au présent. Son dispositif se construit selon deux axes : le premier est un travail performatif où il souhaite, pour reprendre ses dires, « rentrer dans le paysage de Phnom Penh et rentrer dans le paysage mémoriel du pays ». Le second axe concerne la vie de son objet architectural – la maison des esprits – et de sa mise en relation avec l’espace public. Cristóbal Bouey arpente ainsi la capitale à pied, posant sa Maison des esprits à certains endroits : des sites renommés comme le marché central, l’ancien commissariat ou la poste à l’architecture coloniale ou des non-sites, des lieux sans qualité comme un carrefour, une ruelle ou une boutique.

Ce film a été réalisé dans le cadre de l’atelier laboratoire Mémoire et paysage.