Scheibenscheiden-Tosatonda, Ingrid Hora

Cette publication prend comme point de départ la performance de l’artiste Ingrid Hora « Scheibenscheiden-Tosatonda » qui a eu lieu en septembre 2017 dans le Tyrol du Sud.
Le déroulement de la performance est retracé au travers d’images, de bandes sonores, de vidéos et d’une conversation déliée entre l’artiste, la curatrice Lisa Mazza et la dramaturge Elena Basteri. L’ouvrage présente également le contexte de la réalisation de l’œuvre. Elena Basteri, qui a dirigé la dramaturgie de la performance, offre, au travers d’une sélection de citations, une lecture ouverte sur les problématiques qui sous-tendent l’œuvre de l’artiste.

60 femmes, 5 hommes, 10 moutons, et des disques de bois qui volent dans la nuit.

Le Scheibenschlagen (lancer de disques) est une ancienne tradition qui a lieu chaque année le premier dimanche du Carême. D’origine païenne, elle a été préservée dans le Vinschgau (région occidentale du Tyrol du Sud), jusqu’à nos jours. Peu avant la tombée de la nuit, les hommes se déplacent vers les collines au-dessus des villages et érigent une haute construction en forme de croix, un poteau enveloppé de paille, appelé le Hex (signifiant sorcière en allemand). Sous une forte clameur, afin de chasser les démons, un feu est allumé. Les hommes y plongent des rondelles de bois attachés à des tiges. Dès qu’ils s’embrasent, les Scheibenschläger lancent ces disques lumineux, accompagnés de sorts et de souhaits, bien au-delà de la vallée. Plus les disques sont beaux et lointains, plus ils porteront chance. Le rituel est utilisé pour chasser l’hiver et apporter une récolte fructueuse. Symbole emblématique de la fertilité, le Hex, avec ses traverses et ses entretoises, représente aussi la féminité.

Martina Genetti, le 16 septembre 2017

Textes : Ingrid Hora, Elena Basteri, Lisa Mazza

Direction éditoriale : Agathe Lacroix, Manon Piel

Langue : anglais

Sortie : Mai 2019

Pour télécharger le livre :