1968, Simon Morley, Jonathan Callan, Carolyn Thompson

Jusqu’au 8 mars, Simon Morley expose à Londres certains de ses travaux sur Mai 68 à Paris. Des Book Paintings reprennent les ouvrages de Herbert Marcuse, Frantz Fanon et autres auteurs qui ont marqué l’époque. D’autres peintures évoquent les graffitis et slogans qui ont couvert les murs de Paris durant la révolte étudiante.

Plus d’informations sur l’exposition et les artistes participants sur le site de la Emma Hill Eagle Gallery.

Delphine et Carole, Insoumuses

Comme un voyage au coeur du « féminisme enchanté » des années 1970, le film relate la rencontre entre la comédienne Delphine Seyrig et la vidéaste Carole Roussopoulos.

Derrière leurs combats radicaux, menés caméra vidéo au poing, surgit un ton à part empreint d’humour, d’insolence et d’intransigeance.

Un héritage précieux mis en image dans ce documentaire de Callisto Mc Nulty, petite-fille de Carole.

Le film a été sélectionné pour la 69e Berlinale.

Plus d’informations sur le site de la production

Plus d’informations sur le site de la Berlinale

SCUM Manifesto, livre numérique aux éditions Naima avec et sur la bande vidéo de Carole et Delphine

Biomorphisme, approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant

Exposition du 10 novembre au 10 février 2019
Friche Belle de Mai, Marseille

Associés depuis plusieurs années à un collectif interdisciplinaire de chercheurs dans les sciences et les humanités, les huit artistes présents dans l’exposition Biomorphisme travaillent sur les formes du vivant. Objet de profondes questions théoriques autant que de problématiques écologiques contemporaines, ces formes, dans leur diversité, sont pour eux des sources inépuisables d’émerveillement et d’inspiration artistique.
À travers le dessin, la sculpture, l’installation, la vidéo ou la performance, les œuvres interrogent des formes biologiques, visibles ou non, en relation avec leur milieu, leur mouvement, leur trace. Monumentales ou plus confidentielles, elles sont pour la plupart conçues spécifiquement pour l’exposition. Véritable évènement, la manifestation associe un colloque (le 25 janvier), des performances et des activités pédagogiques. L’exposition invite le public, spécialisé ou non, à une réflexion croisée, approfondie et informée entre les différents intervenants : artistes et théoriciens.

Les artistes : Jean Arnaud, France, (vidéo, dessin, installation) – Peter Briggs, Angleterre, (sculpture, installation) – Amélie de Beauffort, Belgique, (dessin, installation) – Nathalie Delprat, France, (vidéo interactive) – Julie Pelletier, France, (sculpture, installation) – Sylvie Pic, France, (dessin) – Barbara Sarreau, France, (danse) – Teruhisa Suzuki, Japon, (installation, sculpture)

Une proposition du Centre Gilles Gaston Granger, unité de recherche AMU/CNRS en Philosophie

En savoir plus sur le projet de recherche

Informations pratiques sur le site de la Friche Belle de Mai

Catalogue monographique de Peter Briggs ici sur le site des éditions

Landscapes-Afterwar(d)s

© C.Fékété, Diamond Island, 2017.

Exposition du 10 novembre au 2 décembre 2019
Centre d’art Faux Mouvement
4, rue du change, Metz

Atelier Laboratoire Mémoire et Paysage | Paris-Phnom Penh 2017/2018 Cristobal Bouey, Carole Fékété, Florencia Hisi, Samnang Long, Rafael Medeiros, Patrick Nardin, Soko Phay, Som Piseth, Rida Srun, Visal Sek, Neou Sokpanha, Ty Sovanpanha, Beatriz Sterling.

Landscapes-Afterwar(d)s s’inscrit dans une réflexion sur la mémoire des lieux à l’épreuve des guerres et des conflits. Si la nature est elle-même meurtrie par un passé violent, comment témoigner de l’après coup des paysages ? Comment un paysage qui a connu des crimes d’une grande ampleur peut-il offrir une visibilité de l’Histoire ? Partout où des conflits ont existé, la question du paysage est essentielle pour déchiffrer les strates mémorielles d’événements enfouis qui manifestent de façon diffuse, malgré le passage du temps, la réalité de ce qui a été. Comment conférer alors une existence visuelle à des « paysages-mémoires » ? Cette exposition est le premier résultat de deux ateliers laboratoires conduits au Cambodge, réunissant des étudiants de Master, des doctorants de l’Université Paris 8 et de l’Université royale des beaux-arts du Cambodge ; sous diverses formes leur travail interroge aussi bien la mémoire historique que la situation sociale et politique du pays. A Faux Mouvement, elle constitue le second volet du projet Le paysage après coup présenté en décembre 2017, consacré à la scène artistique cambodgienne post-khmer rouge. Il s’agit ici de mettre en évidence les pratiques expérimentales issues des ateliers laboratoires du programme IDEFI-CréaTIC conduits dans le contexte singulier du Cambodge contemporain. 
Remerciements à IDEFI-CréaTIC et à l’équipe EPHA du Laboratoire AIAC/Université Paris 8

Photo © C.Fékété, Diamond Island, 2017

Monographie digitale de Carole Fékété ici sur le site des éditions

Événement Facebook

« Je suis Tu es » de Fabien Zocco sur la façade de l’EP7 à Paris

Je suis Tu es de Fabien Zocco anime la façade de l’EP7 à Paris (Grande bibliothèque) du 18 juillet au 14 août.

Fabien Zocco s’amuse de jeux sémantiques. Je suis Tu es pioche dans la liste exhaustive des adjectifs de la langue française et compose des juxtapositions aléatoires mais signifiantes, tour à tour sérieuses, grotesques, tragiques, inquiétantes ou comiques.

ArtsHebdoMédias consacre à Fabien Zocco ici un article suivi d’un entretien. Il y revient de façon éclairante sur les grandes lignes de son travail et ses projets à venir.

Et bien sûr From the Sky to the Earth, livre d’artiste numérique, reste disponible ici sur Naima Unlimited.