Kodac Ko, Niklaus Anton Martha Emil (N.A.M.E.)

NAIMA UNLIMITED accédez à tous les livres numériques et vidéos sans limites.
Déjà abonné ? Connectez-vous. Pas encore abonné ? Abonnez-vous, 5,99 € par mois, sans engagement, résiliez en ligne quand vous voulez.

Niklaus Anton Martha Emil (N.A.M.E.), Single video version, 15 min 58, 2017
Prenant comme point de départ son expérience personnelle de l’apprentissage d’une nouvelle langue, l’artiste questionne le concept d’identité, en mettant en lumière des glissements culturels qui se manifestent au travers du sens des mots articulés.
Le film se compose de vingt portraits de personnes qui ont trouvé un nouveau foyer en Allemagne ces dernières années, et qui se présentent au public. Pour réciter l’alphabet, ils commencent par épeler leur prénom en allemand, ce qui donne un premier indice sur leur identité dans leur langue maternelle. Leur prénom crée et établit l’identité. Il est lié à la reconnaissance, à la tradition culturelle, aux expériences personnelles et au patrimoine familial.
La langue semble favoriser l’ouverture sociale, mais elle a aussi ses limites. La transition donne lieu à des ellispses, des raccourcis et des décalages qui dévoilent des identités multiples.
Texte : Klara Hülskamp

Niklaus Anton Martha Emil (N.A.M.E.), Single video version, 15 min 58, 2017
Beginning with the personal experience of learning a new language, the artistic project questions the concept of identity and tracks down cultural shifts. These manifest themselves on the meaning level of the spoken word.
Contained in twenty portraits of people who found a new home in Germany within a period of the last years, they introduce themselves to the audience. Reciting the spelling alphabet, they begin by speaking their names in German which gives an insight into the individual purport in their mother tongue. Their name creates and establishes identity. It is bound to acceptance, cultural tradition, personal experiences and family heritage. Language seems to encourage social opening, but at the same time it has its limits. The transfer gives rise to vacancies, shortenings and differences which float the suggestion of the plurality of identity.
Text : Klara Hülskamp