Marie-Pierre Bonniol, Transports

NAIMA UNLIMITED accédez à tous les livres numériques et vidéos sans limites.
Déjà abonné ? Connectez-vous. Pas encore abonné ? Abonnez-vous, 5,99 € par mois, sans engagement, résiliez en ligne quand vous voulez.

Marie-Pierre Bonniol, Transports (2018, 15 min 33)

En français, la notion de Transports recouvre le champs des déplacements comme celui des états mystiques, spécialement lorsque le sentiment amoureux est au travail. Ce film, tourné entre la France et l’Allemagne, Berne et Porto Alegre, explore les mouvements, spécialement ceux verticaux – entre l’ascension et la chute – quand ses états sont à l’oeuvre, transformant toutes les perceptions en paysages de potentielles transformations.

In French, the notion of Transport covers the field of travel as well as mystical states, especially when the feeling of love is at work. This film, shot between France and Germany, Bern and Porto Alegre, explores movements, especially vertical ones – between ascent and fall – when these states are at work, transforming all perceptions into landscapes of potential transformations.

« Quand l’œil de Deleuze et Guattari cligne, c’est gros comme une écluse. Leur livre est un déplacement d’eaux volumineuses, quelques fois lâchées en torrent, quelquefois stationnaires, faisant travail en dessous, mais allant toujours et avec des vagues ou des courants et des contre-courants. Ce qui est en cause n’est pas une signification, mais une énergétique. Le livre n’apporte rien, il emporte beaucoup, il transporte tout. C’est un pantographe qui prend l’énergie électrique sur la ligne haute tension et permet de la transformer en rotation de roues sur des rails, pour le voyageur en paysages, en rêveries, en musiques, en œuvres à leur tour transformées, détruites, emportées. Le pantographe se déplace lui-même très vite. Ce n’est pas un livre de philosophie, c’est-à-dire de religion. Même pas la religion des gens qui ne croient plus à rien, la religion de l’écriture. L’écriture est traitée plutôt comme une machinerie : qu’elle absorbe l’énergie et qu’elle la métamorphose en potentiel métamorphique chez le lecteur. »
Jean-François Lyotard, « Les dispositifs pulsionnels », UGE 10/18, 1973, pp. 10-11

Durée : 15 min 33
Année de production : 2018
Réalisation : Marie-Pierre Bonniol
Musique : Pierre Bastien, Narassa, Gamelan Voices, Lawrence, mix par Waltraud Blischke.
Extraits et oeuvres : Martin Messier, Érik Bullot, Harald Szeemann, Facteur Cheval et Pascal Quignard.
Filmé à Marseille, Roissy Charles-de-Gaulle, Bern, Sérignan-Plage, Grenoble, Porto Alegre, Freiburg im Breisgau, Sète, Hauterives, Niederfinow, Strasbourg et Berlin (2017-2018).
Production : Studio Walter, Berlin, juillet 2018