Pauline Abascal, La boîte orageuse

NAIMA UNLIMITED accédez à tous les livres numériques et vidéos sans limites.
Déjà abonné ? Connectez-vous. Pas encore abonné ? Abonnez-vous, 5,99 € par mois, sans engagement, résiliez en ligne quand vous voulez.


La boîte orageuse (2018, 6 min 39) est une série d’épisodes réalisée lors de la résidence de Pauline Abascal à la Villa Kujoyama en 2018.
Il s’agit d’une cartographie vernaculaire de l’industrie textile japonaise. Les sites ont été recensés pour leurs spécifiés techniques et culturelles. Mais ce qui émerge, finalement de ces immersions c’est la poésie des actions des ouvriers à l’intérieur de ces usines. Il n’y a pas de vertus pédagogiques à cette série, la narration se crée dans des rapports de couleurs et d’espaces. Les temps sont lents pour plonger le spectateur dans une sorte de contemplation amplifié par le son des machines répétitif et propre au monde de l’usine.

La boîte orageuse (2018, 6 min 39) is a series of video episodes produced during the artist’s residency at Villa Kujoyama in 2018.
It is a vernacular cartography of the Japanese textile industry. The sites have been listed for their technical and cultural specifications. But what emerges, in the end, from these immersions is the poetry of the workers’ actions inside these factories. There are no pedagogical aspects to this series, the narration is created in relationships of colours and spaces. The times are slow to immerse the spectator in a kind of contemplation amplified by the repetitive sound of the machines and peculiar to the world of the factory.

« Espace étendu, un haut plafond qui semble atteindre le ciel. Au centre de la boîte orageuse se trouve une énorme machine gémissante sous la lumière de néons violents. Autour d’elle, il y a des travailleurs en mouvement. Leurs gestes se synchronisent parfaitement avec le son de la machine. » (Texte en français traduit en japonais puis retraduit en français.)

Durée : 6 min 39
Année de production : 2018
Réalisation : Pauline Abascal
Production : Pauline Abascal, Villa Kujoyama, 2018